Bilan de la saison 2011-2012: des Sags fiers du travail accompli

Jean-Philippe Reid
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La direction des Saguenéens a dressé un bilan positif de la saison 2011- 2012. Après avoir atteint les demi-finales des séries éliminatoires, les joueurs, les entraineurs et la direction avaient chacun un point de vue positif face au cheminement de l’équipe.

«Courage, détermination, caractère», énumérait Marc-Étienne Hubert en parlant de ses joueurs. L’entraineur des Saguenéens vantait le travail de sa troupe : «Le seul objectif était de performer en série et les joueurs l’ont suivi à la lettre. On a donné le maximum de nos capacités et ça a porté fruits. Évidemment, on aurait préféré être encore dans la course, mais on ne peut voir la conclusion des choses d’un point de vue négatif.

L’entraineur des Sags a pour sa part reçu plusieurs commentaires positifs face au travail qu’il a effectué cette saison:« Je n’ai pas vraiment eu le temps de décompresser. J’ai eu des bons mots au niveau individuel, mais il faut tout de même que je garde les pieds sur terre.»

Le directeur général des Sags, Marc Fortier, a louangé le travail de ses entraineurs : «On avait un trio d’entraineurs exceptionnel qui a amené ces jeunes beaucoup plus loin que ce que l’on aurait pu imaginer. Ils ont fait de cette formation une équipe gagnante».

Il mentionnait également la folie hockey qui s’était emparée de la ville :« Les gens vibraient hockey. Dans le temps, je pratiquais ce sport pour sentir cet engouement et c’est incroyable de retrouver cette fierté. Nous avons grandi tous ensemble dans cette aventure».

Christian Ouellet

Le jeune homme originaire de St-Bruno Christian Ouellet, comparait les séries 2012 aux séries 2011 lorsqu’il évoluait pour les Olympiques de Gatineau et où sa formation avait perdu lors de la grande finale de la Coupe du Président : « Les deux équipes (Sags, Olympiques) jouaient le même hockey. «On n’était pas tuable», affirme l’auteur de 13 buts et cinq passes lors des dernières séries.

Le joueur de 20 ans comparait également les deux foules:« Les deux arénas sont assurément les plus bruyants du circuit, et je ne dis pas ça parce que j’ai évolué aux deux endroits. Par contre, la ville est beaucoup plus hockey à Chicoutimi. Les gens suivent de près leur équipe locale. Pour moi qui suis originaire de la région, ça mettait une pression supplémentaire. Mon objectif était de répondre à cette pression et je suis fier du travail accompli.»

Lieux géographiques: Chicoutimi

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires