Résolution d’urgence sur le conflit à l’usine Alma de Rio Tinto Alcan

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Conseil national du Parti Québécois

À la conclusion du conseil national du Parti Québécois qui s’est tenu cette fin de semaine à Montréal, le Parti Québécois de la circonscription Lac-Saint-Jean se réjouit que les délégués aient adopté la résolution d’urgence proposée concernant le conflit à l’Usine Alma de Rio Tinto Alcan.

«Si le gouvernement avait pris ses responsabilités il y a 5 ans, nous n’en serions pas là aujourd’hui », a affirmé Alexandre Cloutier dont le Parti Québécois de la circonscription Lac-Saint-Jean a fait voter une résolution d’urgence concernant le conflit à l’Usine Alma de Rio Tinto Alcan.

La proposition adoptée se lisait ainsi:

CONSIDÉRANT que la convention de continuité signée en 2006 entre le gouvernement et Alcan a été négociée en catimini sans consultation de la population des régions concernées et sans l’assurance d’obtenir des emplois de qualité en contrepartie des avantages consentis à la compagnie;

CONSIDÉRANT l’inaction du gouvernement libéral en 2007 pour empêcher la prise de contrôle d’Alcan, fleuron de l’économie québécoise, par une entreprise étrangère;

Considérant que le principe de base des ententes énergétiques est que l’ensemble de l’hydroélectricité produite par la compagnie doit être utilisé pour la production d’aluminium;

Il est proposé que le conseil national :

• déplore le manque de transparence du gouvernement libéral dans le dossier des ententes entre le gouvernement, Hydro-Québec et Rio Tinto Alcan;

• exige que le ministre des Ressources naturelles, Clément Gignac, dise si les ententes entre Hydro-Québec et Rio Tinto Alcan prévoient des exceptions au principe qui veut que l’ensemble de l’hydroélectricité produite par la compagnie doit être utilisé pour la production d’aluminium, par exemple en cas de conflit de travail;

• souhaite une reprise rapide des négociations pour mettre fin au lock-out à l’usine d’Alma de Rio Tinto Alcan.

«En adoptant cette proposition, les délégués du Parti Québécois ont manifesté leur solidarité avec la population du Saguenay–Lac-Saint-Jean. En plus de souhaiter une rapide reprise des négociations, la résolution visait à dénoncer le manque de transparence du gouvernement libéral concernant les ententes entre RTA et le gouvernement. Les citoyens ont le droit de savoir en quoi consistent les ententes et comment celles-ci s’appliquent en cas de conflit de travail», a indiqué Michel Hudon, président du conseil exécutif du PQ-Lac-Saint-Jean.

Depuis le début du conflit, le député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier, a interpellé à plusieurs reprises le ministre des Ressources naturelles, Clément Gignac, afin qu’il fasse toute la lumière sur les ententes. Malheureusement, depuis près d’un mois, le ministre se terre dans le silence.

«Après avoir négocié une entente en secret en 2006 sans consulter la population de notre région, après n’avoir rien fait pour empêcher la prise de contrôle d’Alcan par une entreprise étrangère en 2007, il est temps que le gouvernement prenne le parti des citoyens et dise à la population du Saguenay–Lac-Saint-Jean ce qu’il compte faire pour que l’ensemble de l’hydroélectricité produite par Rio Tinto Alcan doit servir à produire de l’aluminium. Si le gouvernement avait pris ses responsabilités il y a 5 ans, nous n’en serions pas là aujourd’hui», a conclu Alexandre Cloutier.

Organisations: Alma de Rio Tinto Alcan, Parti Québécois, Hydro-Québec Ressources naturelles

Lieux géographiques: Saguenay

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires