La Boîte à Grimpe: un centre d'escalade à Chicoutimi dès cet automne


Publié le 19 mars 2017

Les murs d'escalade de voie s'élèveront à 40 pieds pour être selon les normes de compétition

©Photo: TC Media-Dominique Savard

LOISIRS. Un centre d'escalade pourrait bien voir le jour à Saguenay, dès cet automne. Le projet est évalué à 700 000$.

L'idée est née de la passion de Catherine Picard pour l'escalade, qu'elle pratique depuis cinq ans et de son amour pour son compagnon de vie.

« On discutait de l'endroit où nous pourrions nous installer. Mon chum vient d'ici et je voulais vivre dans une ville où il y a un centre d'escalade. C'est là qu'une lumière s'est allumée. »

Étudiante en lancement d'entreprise en 2015, elle indique avoir travaillé fort sur son projet et réalisé un plan d'affaires, rencontré des gens pour diverses autorisations et conseils, plan de construction, etc.

Catherine a lancé un sondage via Facebook, l'automne dernier, afin de cerner l'intérêt de la population pour de telles installations. Il a été propulsé par la Fédération québécoise de la montagne et de l'escalade et a reçu un appui favorable de 97%, venant autant des néophytes que des passionnés.

Depuis décembre, cette dernière collabore aussi avec Promotion Saguenay pour mener son projet à terme.

« Tout est prêt, on vient tout juste d'envoyer les demandes de financement aux banques, et l'inscription au concours Défi OSEntreprendre. On attend les réponses et la possibilité de signer un bail. »

La Boîte à Grimpe

Selon le plan A, un local offrant une surface de 8000 pieds carrés sera construit à Chicoutimi entre septembre et décembre, si tout se passe bien.

« Il y aurait 5000 pieds carrés pour l'escalade de voie, avec cordes et tout le nécessaire, de 40 pieds de hauteur. Les 3000 pieds restants serviront à l'escalade en bloc, de 15 pieds de hauteur et accessible pour tout le monde. »

La région pourrait aussi à moyen et long terme accueillir des compétitions de grimpe alors que les installations seront faites selon les normes, indique-t-elle.

Le sociofinancement, un bon levier

En date du 14 mars, 4 jours après avoir débuté une campagne de sociofinancement, 3700$ ont été amassés soit le tiers de l'objectif de 10 000$. Catherine Picard s'est dite très sûre d'atteindre son but d'ici juin et invite la population à faire un don via le lien suivant: http://haricot.ca/project/laboiteagrimpe

Le sociofinancement servira de levier lors des négociations et aussi de mise de fonds.

Catherine Picard est passionnée d'escalade depuis 5 ans

©Photo: Gracieuseté