Après Québec, Hergé pourrait faire un arrêt au Musée de la Pulperie

Le père de Tintin à Chicoutimi en 2018?


Publié le 9 avril 2017

La célèbre fusée, symbole de Tintin dans le livre « On a marché sur la lune ».

©Photo: TC Media-Adrien Cloutier

EXPOSITION. Après un passage au Musée de la civilisation de Québec du 21 juin au 22 octobre, Hergé, le père de Tintin pourrait bien faire un arrêt de ce côté-ci de la Réserve faunique des Laurentides en 2018, au Musée de la Pulperie de Chicoutimi.

Le directeur général de La Pulperie, Jacques Fortin avoue que des discussions en ce sens sont en cours depuis plusieurs mois. « Ça fait 18 mois qu’on parle avec les gens du Musée Hergé. Québec est arrivée par la suite dans les pourparlers et ils ont pu profiter d’une subvention substantielle de 1 M$. De toute façon, on ne pouvait les accueillir avant 2018, car nous avions déjà prévu à l’horaire de cette année l’exposition des marionnettes », raconte M. Fortin.

Le dg ajoute que le fait que l’exposition sur Hergé débarque dans la vieille capitale en premier représente un gros avantage pour Saguenay. « Les artéfacts, qui appartiennent à Fanny Vlamynck, seconde épouse et veuve d’Hergé (héritage de Tintin) et qui sont gérés par son époux Nick Rodwell avec qui nous avons eu des discussions, sont déjà rendus au Québec. Il y a encore quelques points à régler comme les coûts de présentation, mais je crois que nous avons de grosses chances d’accueillir cette exposition. »

Rappelons que le Musée de la civilisation a annoncé le 30 mars que l’exposition Hergé sera présentée à Québec du 21 juin au 22 octobre. Cette exposition offrira aux visiteurs une sélection de documents précieux, de dessins originaux et de travaux divers conçus par le père de Tintin, un artiste aux multiples talents.

De l’illustration à la bande dessinée en passant par la publicité, le dessin de presse ou de mode et les arts plastiques, Georges Remi, alias Hergé, sera mis à l’honneur. L’exposition est rendue possible grâce à l’Entente de développement culturel intervenue entre le gouvernement du Québec et la Ville de Québec. La contribution de 1 M$ provient de la Mesure d’aide financière à l’intention des musées d’État pour des expositions internationales majeures. Il faut dire que la présentation d’une telle exposition coûte beaucoup plus cher. Les assurances, le transport des œuvres, la création et le montage font notamment partie des dépenses.

Enfin, soulignons que l’exposition au Musée de la civilisation est présentée de façon rétro chronologique, c’est-à-dire qu’elle aborde d’abord la fin de la vie d’Hergé, pour se rendre progressivement au début. Elle touche bien sûr aux nombreux albums de Tintin, qui constituent la majeure partie de l’exposition, mais permet aussi au visiteur d’en apprendre davantage sur ses carrières de graphiste et de publiciste.

Soulignons que le musée imaginaire de Tintin a déjà été présenté au Musée des Beaux-arts de Montréal à l’été 1980 et par la suite, à la Vieille pulperie au Saguenay.