Festival Regard: La fête saguenéenne du cinéma à ne pas manquer


Publié le 15 mars 2017

Des dizaines de festivaliers étaient présents, hier soir, à la soirée d'ouverture du Festival Regard.

©TC Media - Sophie Rouillard

CULTURE. C'est avec une soirée dédiée aux cinéastes de la région que le Festival Regard a lancé sa 21e année, ce soir, à Chicoutimi. Les grands esprits se sont rencontrés et se préparent également à une édition chargée, mais remplie de découvertes.

On sert des mains, on reconnaît certains visages et on en découvre des nouveaux. Bref, c'est avec un petit verre à la main que l'atmosphère chaleureuse et joviale du Festival Regard s'est installés parmi les dizaines de cinéastes et cinéphiles présents à la projection 100% Saguenay, qui brisait la glace des festivités.

Il faut dire que le festival n'a plus besoin de faire sa réputation. L'événement est devenu un incontournable pour les cinéphiles d'ici et d'ailleurs.

« Regard est présentement le plus important festival exclusivement dédié aux courts-métrages au Canada, explique Max-Antoine Guérin, responsable des communications pour le festival. Notre objectif, c'est d'en faire le plus important en Amérique du Nord. »

Le festival vient d'ailleurs tout juste d'obtenir l'assurance que désormais, les vainqueurs des Grands Prix nationaux et internationaux de Regard seront considérés par l'Académie des arts et des sciences du cinéma pour être potentiellement nommés à la soirée prestigieuse des Oscars.

« En plus des Oscars, on va maintenant remettre un prix de la Fédération Internationale de la Presse Cinématographique, qui est un club encore plus sélect. On parle d'une soixantaine de festivals sur le court-métrage à l'international et seulement quatre événements reçoivent un prix FIPRESCI. »

Température

La tempête qui s'est abattue sur les grands centres dans la province n'a pas été suffisante pour arrêter les cinéastes de venir à Regard. Selon Max-Antoine Guérin, aucune annulation n'a été émise en lien avec le mauvais temps.

« C'est un gros casse-tête au niveau logistique, confie-t-il. Pour le moment, nous n'avons aucune annulation, on en est plus à trouver des chemins alternatifs pour permettre à nos invités de se rendre jusqu'au festival. »

Beaucoup d'invités proviennent de l'extérieur du pays. Plusieurs vols ayant été annulés, cela ajoute un défi de plus pour les organisateurs de Regard.

« On fait rester des invités internationaux à Montréal ou à Québec. La tempête a frappé une bonne partie de l'Amérique du Nord alors...Tout le monde reste très enthousiaste. »

À ce propos, le porte-parole lui-même de cette 21e édition, le comédien Émile Proulx-Cloutier, n'a pu être présent lors du 5 à 7 d'ouverture hier en raison de la température. Le vol de l'artiste a été retardé, mais l'organisation de Regard assure qu'il sera tout de même de la partie.

Programmation

Évidemment, sélectionner un seul visionnement ou une seule activité est une chose trop difficile à choisir pour l'organisation du festival.

« C'est sûr que ça dépend des goûts de chacun, concède M. Guérin. Le programme d'ouverture d'aujourd'hui à la salle François-Brassard est très relevé. Il va y avoir entre autres Timecode, qui était le lauréat du meilleur court-métrage du Festival de Cannes l'an dernier. Des visionnements très poignants à prévoir. »

Le comité organisateur s'est assuré que les cinéastes de tous les âges puissent y trouver leur compte et découvrir le court-métrage d'ici et d'ailleurs.

« Samedi, nous avons une grosse journée pour les familles à partir de 9 h30 dans le halle de la salle François-Brassard, il y a des activités pour les enfants de trois ans et plus. À partir de 13 heures, ce sera au tour des sept ans et plus, puis à 15 heures il y aura un autre programme pour les 13 ans et plus. On essaie d'accompagner les jeunes dans toutes les étapes de leur parcours de cinéphile. »

De plus, cette année, les cinéphiles auront accès à des visionnements e courts-métrages selon plusieurs thèmes. Une catégorie particulière suscite beaucoup d'intérêts parmi les spectateurs selon M. Guérin.

« Il y a plusieurs programmes thématiques qui sont très attendus, assure-t-il. On a le programme cette année ''cinéma engagé'', qui représente vraiment une tendance dans les courts-métrages en ce moment. Ce sont beaucoup de films à saveurs politiques ou avec des valeurs revendicatrices. Ce ne sont pas que des documentaires par contre, il y en a, mais il y en a aussi de qualité artistique qui envoient un message. »

Pour plus de détails concernant la programmation du Festival Regard sur le court-métrage, qui se tient du 15 au 19 mars, rendez-vous sur le site officiel ou la page Facebook de l'événement.