Théâtre CRI: quatre metteurs en scène entre quatre murs d'une maison

Johanne DeLaSablonnière johanne.delasablonniere@tc.tc
Publié le 8 septembre 2016
Serge Potvin (directeur technique) Éric Chalifour, Andrée-Anne Giguère,  Guylaine Rivard et Vicky Côté (metteurs en scène et comédiens) ainsi qu'Alexandre Girard, responsable des communications.
Photo : Gracieuseté

CRÉATIONS. Séduits par le charme des théâtres de poche pendant un séjour en Europe, Guylaine Rivard et son conjoint ont décidé de tenter l'expérience et de soumettre leur maison à une série de quatre oeuvres théâtrales. Au terme de la première, Entre 4 murs: Des craquelures, présentée la semaine dernière, Guylaine Rivard, la directrice artistique du théâtre CRI, explique le concept.

«On s'est basé sur des faits divers et on a établi quelques contraintes, avant de proposer à trois autres metteurs en scène de relever le défi. La maison a été divisée en quatre. Nous avons tiré au sort, pour sélectionner les pièces où se jouerait, chacune des oeuvres», précise Mme Rivard.

Première metteure en scène de ce singulier quatuor, Andrée-Anne Giguère a révélé que l'espace de la cuisine et de la salle de bain cadrait parfaitement avec son inspiration.

«Mon fait divers était celui d'un garçon fait prisonnier dans le faux mur d'une maison, une nouvelle qui m'avait beaucoup intriguée», affirme Andrée-Anne Giguère.

Mais celle-ci mentionne qu'il s'agit d'une inspiration exploitée dans un sens plus large, celui de la disparition.

«Et j'ai travaillé avec une superbe équipe. Cette expérience, c'est un beau cadeau», évoque celle-ci.

Et le Requiem…en novembre

Éric Chalifour a accepté lui aussi de tenter l'expérience et c'est le décès par noyade d'un oncle durant les années 50 qui lui a inspiré, une veillée funèbre, intitulée

Requiem.

«À l'époque, les corps des défunts étaient exposés dans les maisons et c'est tout un rituel qui se mettait en branle. On a oublié ces rituels et perdu le sens de ces rencontres familiales qui donnaient lieu à toutes sortes d'échanges», relate Éric Chalifour.

Le metteur en scène promet d'amalgamer des moments d'émotion, de confrontation et des scènes plus comiques. D'autre part, la proximité des spectateurs dans cette formule innovante exige du doigté, une approche différente, indique celui-ci.

«C'est presque cinématographique. On n'a pas à projeter. Le travail d'acteur est très différent», mentionne le metteur en scène qui compte utiliser l'éclairage vaporeux des bougies pour créer une ambiance intimiste.

La configuration du rez-de-chaussée de la maison située au 3967 Saint-Antoine permet d'accueillir une trentaine de spectateurs.

Après Craquelures et Requiem , Entre 4 murs proposera, Facteur d'isolation, en février 2017 (Vicky Côté) et, Directement du propriétaire, en juin (Guylaine Rivard).

Pour réserver: www.theatrecri.ca