Recensement des chiens: une approche privilégiée au Refuge des animaux


Publié le 17 mai 2017

Le Refuge des animaux recense bon an mal an quelque 6500 chiens sur le territoire qu'elle dessert à Saguenay, soit les arrondissements de Chicoutimi et La Baie.

©Photo: TC Media-Dominique Savard

FOURRIÈRE. Le recensement annuel est la façon la plus efficace pour s’assurer que les chiens perdus ou fugueurs retrouvent rapidement leur maître, selon Marc Villeneuve du Refuge des animaux qui agit comme fourrière municipale pour les arrondissements de Chicoutimi et La Baie à Saguenay.

« Nous mettons l’accent sur la licence depuis une dizaine d’années et aujourd’hui, il n’y en a pas beaucoup qui n’en ont pas sur notre territoire. Nous recensons quelque 6 500 chiens, ce qui est à peu près semblable année après année. Du nombre, on répertorie une vingtaine de pitbulls. Il faut dire que les gens qui mettent la licence à leur chien peuvent sauver des frais de mise en fourrière et de pension d’une centaine de dollars en cas de perte ou de fugue », souligne M. Villeneuve qui œuvre dans le domaine depuis 22 ans.

Le Refuge des animaux est accessible 24 heures par jour et 365 jours par année. « Toutefois, par exemple, une personne qui appelle en soirée parce qu’elle a trouvé un chien, il y a un message sur le répondeur pour lui dire d’appeler à la police de Saguenay. Celle-ci qui communique avec nous et quand il y a une licence, le problème se règle rapidement souvent sans qu’on ait le besoin d’envoyer un patrouilleur. »

Le recensement par les patrouilleurs du Refuge des animaux s’effectue pendant tout l’été. Marc Villeneuve avoue que plusieurs propriétaires appellent même dès la mi-décembre pour réserver leur numéro de licence pour l’année suivante. « Comme nous mettons l’accent sur le recensement, le message est bien compris, même si certains n’apprécient pas de payer 25$ par année pour enregistrer leur animal de compagnie.»

Les propriétaires de chiens qui n'ont pas de médailles au cou peuvent recevoir une amende de 100$ à 300$.

Autre texte à lire: Retour du recensement à la SPCA