Fin d’un règne pour Notre-Dame-de-Fatima

Retrait patrimonial

Johanne DeLaSablonnière johanne.delasablonniere@tc.tc
Publié le 16 octobre 2014
L’église Fatima cédera sa place à la continuité du projet domiciliaire La Charmille.
Photo: TC Media-Johanne de la Sablonnière

PATRIMOINE. Saguenay va finalement procéder au retrait du caractère patrimonial municipal de l’église Notre-Dame-de-Fatima, un titre qui la préservait encore de l’ultime scénario qui consiste à la démolir.

Après de multiples tergiversions, le conseil municipal qui a tenté en vain de retarder la démolition de l’église appartenant à Construction ATF, a accepté la demande visant à retirer le statut patrimonial.

Rappelons qu’initialement, l’église devait s’intégrer à l’intérieur du concept domiciliaire et abriter des appartements de type condos, mais que le promoteur était revenu sur sa décision quelques mois plus tard jugeant cette option onéreuse et irréalisable.

Une conclusion triste

Pour la conseillère du secteur, Sylvie Gaudreault, la conclusion du dossier n’est pas des plus réjouissantes, mais celle-ci estime que la ville a joué son rôle en accompagnant le propriétaire de l’église.

«Ce n’est pas de gaieté de cœur que nous avons pris cette décision», énonce la conseillère qui rappelle que plusieurs tentatives ont été effectuées pour trouver une vocation à l’édifice. Mme Gaudreault souligne qu’elle aimerait que la mémoire de l’église soit préservée, une option que ne refuse pas d’envisager Bernard Larouche, selon elle.

«Ce serait peut-être intéressant d’aménager un espace et de préserver une petite portion extérieure, symbolisant son histoire», suggère celle-ci.

Historique

-Juillet 2012 Construction ATF fait une demande de permis visant la démolition de l’église. Elle justifie sa demande par l’état vétuste du bâtiment et les coûts élevés inhérents à une remise aux normes.

-Novembre 2012 La demande est différée, le temps que les services municipaux recherchent un soutien financier pour la restauration, auprès du ministère de la Culture et des Communications.

-Décembre 2012 Une consultation publique est proposée à la population intéressée par le dossier. (La rencontre n’engendre pas de mouvement d’opposition particulier).

-Avril 2013 Changement de cap: le conseil rejette la demande de permis et indique au promoteur qu’il doit intégrer comme prévu l’ancienne église dans le projet.

-Septembre 2014 Les démarches infructueuses auprès de divers organismes pour trouver une nouvelle mission au longiligne bâtiment blanc ont donné raison au promoteur Bernard Larouche qui a réitéré sa demande.