Un congédiement que Bob Desjardins accepte sans rechigner

Michel
Michel Villeneuve
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Manifestement Bob Desjardins veut vivre en paix, garder ses amis et éviter la controverse. Fidèle à cette image du «bon gars», c’est avec diplomatie qu’il vient de faire le bilan de sa courte association avec les Voyageurs junior de la LBEQ.

Bob Desjardins a commenté avec le sourire les événemenst des derniers jours qui ont débouché sur son congédiement. Finalement, il n’en veut à personne

Remercié par l’organisation jonquiéroise, le 15 juin dernier, Desjardins ne manifeste aucune rancune ni amerture envers le président Robert Fatal qui lui a signifié son congédiement après seulement 17 matchs au cours desquels il a compilé un dossier de cinq gains et 12 revers. «Mon association avec les Voyageurs n’a pas marché mais je n’en veux à personne. Et si mon départ peut aider l’équipe, je l’accepte», a répété Desjardins lors d’un bref point de presse survenu cinq jours après son congédiement.

Si l’ex-pilote a mis tant de temps avant de commenter la situation, c’est qu’il voulait rencontrer les dirigeants de l’équipe pour éclaircir quelques aspects de son contrat ainsi que certaines déclarations qui ont suivi son départ.

«J’ai signé un contrat de deux ans, en décembre dernier, avec les Voyageurs dont une année était garantie. Je voulais m’assurer qu’il serait respecté et ce sera fait. Quant aux propos voulant que je manque de structure, ils me font sourire car je suis reconnu comme un gars très structuré. J’avoue cependant que mes méthodes d’entraînement étaient différentes de celles préconisées par certains. Je suis de la vieille école», soutient Desjardins qui a été surpris d’apprendre son congédiement après seulement 17 rencontres, ponctuées par un calendrier difficile.

Pas de conflit

Bob Desjardins affirme ne pas avoir été en conflit ouvert avec le président Robert Fatal. «Ma philosophie de développement était différente de celle de Robert Fatal et nous en avons discuté. Je ne voulais pas faire des robots avec les joueurs mais les préparer à devenir des hommes dans la vie. J’ai d’ailleurs déniché sept emplois à des joueurs et je pense avoir aidé à en attirer certains ici. Mon mandat était de classer l’équipe entre la sixième et la huitième place», soupire-t-il en rappelant que l’équipe est jeune car elle compte onze recrues sur un alignement de 18 joueurs.

Philosophe face à ce congédiement et aux autres qui ont précédé dans sa carrière d’entraîneur de hockey et de baseball, Bob Desjardins semble disposé à tourner la page sur une aventure qu’il aurait aimé mener à bien, cependant. Le bateau des Voyageurs est maintenant piloté par Jérémie Halde et Devin Coburn qui ont collé trois victoires consécutives après le départ de Desjardins.

Vacances, repos et «coaching» au sein d’une équipe ti-ball constitueront l’emploi du temps de Desjardins au cours des prochaines semaines qui serviront aussi à préparer la prochaine saison de ses Marquis Junior AA.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires