Julie Pontbriand, une athlète universitaire peu commune

Michel
Michel Villeneuve
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Ex-joueuse des Gaillards du Cégep de Jonquière

Les organisations sportives des Cégeps de la région sont toujours très fières de voir certains de leurs athlètes graduer aux niveaux AAA ou universitaire. Or, même si les exemples se multiplient certains retiennent particulièrement l’attention.

Ex-capitaine des Gaillards du Cégep de Jonquière, Julie Pontbriand est parvenue à se tailler une place au sein de l’équipe universitaire de Sherbrooke.

C’est le cas de Julie Pontbriand qui est parvenue à se tailler une place avec l’équipe de volleyball de l’université de Sherbrooke, celle du Vert et Or. Porte-couleurs des Gaillards du Cégep de Jonquière au cours des deux dernières années, elle a réussi à faire le saut du calibre collégial AA au prestigieux circuit universitaire. Peu d’athlète de la région, nous dit-on, ont réussi à monter une telle marche.

«Ça n’a pas été facile au camp d’entraînement du Vert et Or, convient l’ex-capitaine des Gaillards. Il y avait quinze filles provenant du réseau collégial AAA et seulement cinq recrues ont été retenues. J’étais du nombre même si, à certains moments, je ne croyais plus à mes chances. Mon coach voit en moi un potentiel à développer et il aime ma joie de vivre», rigole-t-elle.

Incidemment, c’est pour continuer à pratiquer le volleyball de haut niveau que Julie a choisi de s’inscrire à l’Université de Sherbrooke, en éducation physique. Elle a gagné son pari et se retrouve maintenant comme porte-couleurs à part entière du Vert et Or que dirige Denis Fontaine. Cette équipe compte treize joueuses dont cinq ont le statut de recrues.

Adaptation

«Il m’a fallu un certain temps pour m’adapter au volleyball universitaire où le jeu est plus rapide, les stratégies variées et les filles plus puissantes. Je ne joue pas encore sur le six de départ, mais je participe quand même à tous les matchs et ce, à toutes les positions. Ce que j’ai appris avec Michel Gagnon, au Cégep de Jonquière, m’est très utile», confesse l’athlète de 5’11 qui vient d’emménager à Granby avec ses parents.

Convaincue de pouvoir se greffer au six partant de son équipe, la saison prochaine, Julie profite de cette première saison universitaire pour s’adapter, s’améliorer et prendre de l’expérience tout en conjuguant études et entraînements. Son seul regret semble la performance de sa nouvelle formation qui perd plus qu’elle ne gagne dans le réseau universitaire québécois dominé par la puissante équipe de l’université Laval.

Organisations: Université de Sherbrooke, Université Laval

Lieux géographiques: Granby

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires