Les trois frères Gagnon

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

N.D.L.R.:Chaque semaine, nous vous présentons un texte concernant les ancêtres des familles pionnières du Royaume du Saguenay grâce à la collaboration de membres de la Société de Généalogie du Saguenay. Nous remercions la direction de l'hebdomadaire le Courrier du Saguenay de nous accorder cet espace en espérant que les lecteurs découvriront l'histoire de leur premier ancêtre.

Les Gagnon du Canada ont quatre ancêtres: Robert ainsi que les frères Mathurin, Jean et Pierre, de Tourouvre, Perche et de La Ventrouze, Normandie en France, un petit village appelé La Gagnonnière. Leur père, Pierre et leur mère, Renée Roger possédaient une terre ancestrale depuis 1565 sur laquelle ils opéraient une auberge.

C'est en 1635 qu'on retrouve les trois frères Gagnon à Québec où ils ouvrent un magasin rue Saint-Pierre, dans la basse- ville avec un associé, Macé Gravel, qui avait épousé Marguerie, sœur des trois Gagnon. Ils ont revendu ce commerce à Pierre Pellerin en 1668. Par la suite, ils s'établirent à Château-Richer où ils auraient possédé le domaine Saint-Charles de Cap Tourmente.

En 1655, arrive Robert, le quatrième ancêtre qui s'installe sur une terre de l'île d'Orléans acquise en 1656. Revenons à Mathurin, né le 22 octobre 1606 à Tourouvre. À 29 ans, il part pour le Canada. Il était instruit, seul a pouvoir signer son nom.

Il acheta et revendit plusieurs terres. Il se maria en 1647, à 41 ans, avec Françoise Boudreau, 13 ans, fille de François et de Jeanne Jehan. Ils eurent 16 enfants, mais 9 seulement se marièrent. Mathurin est décédé le 20 avril 1690 et Françoise, le 14 septembre 1699, à Château-Richer.

Jean Gagnon, né le 13 août 1610 à Tourouvre, arrive à Québec en 1635 âgé de 25 ans. Après la vente de son magasin, il obtint une concession à Château-Richer. À l'âge de 30 ans, il se maria le 19 juillet 1640 avec Marguerite Cauchon, âgée de 20 ans, fille de Jean et de Marguerite Cointal du pays de Caux. Ils eurent 8 enfants et 6 se marièrent.

Quant à Pierre Gagnon, né le 14 février 1612 à la Gagnonnière, il s'installa sur une terre sinuée également à Château-Richer. À l'âge de 30 ans, il se maria à Notre-Dame de Québec le 14 septembre 1642, à Vincente Desvarieux, fille de Jean et de Marie Chevalier, du pays de Caux en Normandie. Ils eurent 10 enfants dont 3 se marièrent. Pierre-Paul fut ordonné prêtre en 1677 par Mgr de Laval et Marie-Madeleine entra au couvent des Augustines à l'âge de 13 ans où elle est décédée neuf ans plus tard.

La sépulture de Vincente eut lieu le 2 janvier 1695 et celle de Pierre le 17 avril 1699 à Château-Richer.

L'autre Gagnon, Robert, est né en 1628 à la Ventrouze. On lui concéda une terre à Sainte-Famille de l'île d'Orléans en 1656. À 29 ans, il se marie à Marie Parenteau, âgée de 16 ans, fille d'Antoine et d'Anne Poisson de Saint-Nicolas de La Rochelle. Ils eurent 10 enfants dont 6 se marièrent et 2 filles devinrent religieuses. Robert mourut le 2 septembre 1703 tandis que Marie fut inhumée le 17 novembre 1705 au cimetière de Sainte-Famille. Les descendants de Robert qui s'établirent au sud du fleuve Saint-Laurent à Rivière-Ouelle portent le surnom de Gagnon dit Belle-îles ou Belzile.

Dans les différents écrits de France, à Tourouvre ou à la Ventrouze, on trouve des graphies suivantes: Gangnon, Gaignon, Gaingnon, Gasgnon, Gaignion ou Gagnon. La famille Gagnon est l'une des plus nombreuses en Amérique française.

Nos hommages aux 1700 familles Gagnon du Saguenay-Lac-Jean.

Parmi les descendants Gagnon dignes de mention : Bertrand, avocat de La Baie, juge de la Cour provinciale; Christine, sociologue, député du bloc québécois de Québec à la Chambre des communes; Claude, avocat de Jonquière, juge de la Cour provinciale; Louis et Joseph, hommes d'affaires, fondateurs des magasins Gagnon & Frères; Marc, athlète de Chicoutimi, médaillé d'or aux Jeux olympiques; Sylvain, athlète, de Dolbeau, médaillé d'argent aux Jeux Olympiques; André, pianiste et chef d'orchestre; Clarence, artiste peintre; Jean-Louis, journaliste, rédacteur en chef de La Presse; Robin, militaire, d'Arvida, Brigadier-Général de l'armée canadienne.

Si l'histoire et la généalogie de votre famille vous intéresse, nous vous invitons à devenir membre de la Société de Généalogie du Saguenay: 418 693.8266.

Nos sources: Archange Godbout; Robert Prévost; Gérard Lebel, Jean Cournoyer.

Organisations: Cour provinciale, Chambre des communes, La Presse Arvida Société de Généalogie du Saguenay

Lieux géographiques: Tourouvre, Château-Richer, La Ventrouze Québec Normandie France île d'Orléans Perche Rue Saint-Pierre Caux Domaine Saint-Charles Cap Tourmente Canada Cimetière de Sainte-Famille Anne Poisson de Saint-Nicolas de La Rochelle Fleuve Saint-Laurent Rivière-Ouelle Amérique La Baie Chicoutimi Dolbeau

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires