Voter à 16 ans, pourquoi pas?

Dominique Savard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Que penser de la proposition visant à accorder le droit de vote aux jeunes de 16 ans aux élections provinciales et municipales adoptée récemment par les membres du Parti Québécois lors de leur Conseil national?

Pareil sujet a été âprement discuté dans les chaumières et les médias et j’avoue qu’il m’est difficile d’être contre. Chacun y va de ses d’arguments qui sont tout aussi pertinents les uns que les autres. La question semble aussi controversée que celle sur l’euthanasie ou la peine de mort !

Des détracteurs arguent que ces jeunes de 16 ans et 17 ans ne sont pas assez matures, ne sont pas informés et sont désintéressés de la question politique. Ils disent aussi que les jeunes sont influençables, ne paient pas d’impôt, et qu’il faut de l’expérience de vie pour être en mesure de choisir un gouvernement.

Ceux qui sont en faveur rétorquent, de leur côté, que la maturité n’a pas d’âge, qu’en général les jeunes ne sont pas plus influençables que les personnes âgées, qu’il y a beaucoup de gens qui ne paient pas d’impôt, et que de nombreux adultes ne sont pas nécessairement informés et intéressés par la question politique. Pourtant tous ces gens ont le droit de vote.

Certaines autres personnes se demandent, avec raison, comment il se fait que les partis politiques permettent aux jeunes de militer à 16 ans et de choisir, potentiellement, un futur premier ministre lors d’activités partisanes alors qu’ils ne peuvent pas voter pour leur propre député ? Et quand on analyse le résultat de la dernière élection fédérale au Québec, lire l’élection de plusieurs députés néo-démocrates inconnus et sans aucune expérience de la politique active, peut-on dire que l’apanage de l’influence appartient seulement aux jeunes?

On constate également que le taux de votation des jeunes âgés de 18 à 25 ans est très bas, peu importe le palier gouvernemental. Alors, il est facile de croire que seul ceux qui sont vraiment intéressés par la chose politique se rendront aux urnes, qu’ils soient âgés de 16, 17 ou 25 ans. Pour supporter sa proposition, le Parti Québécois a prévu d'accompagner d’une disposition visant à renforcer l’enseignement de l’Histoire nationale et la formation citoyenne à l’école secondaire. Ça aurait pour effet de permettre à ces jeunes d’être mieux outillés pour être en mesure de faire un choix éclairé, en plus de se sentir impliquer dans les décisions qui concernant leur avenir. Il y a longtemps, d’ailleurs, que ce genre de cours devrait être offert dans nos écoles…

Contradictions

Cette proposition du PQ fait aussi ressurgir des contradictions concernant les responsabilités accordées à ces jeunes. Par exemple, les adolescents de 16 et 17 ans peuvent conduire une voiture, arrêter l’école, travailler, fonder une famille, s’inscrire à l’armée (17 ans et demi), mais ne peuvent consommer de l’alcool, acheter des cigarettes, un billet de loterie, et…voter!

Faut-il plus de jugement et de la maturité pour choisir un élu que pour conduire une voiture ou travailler pour gagner sa vie? Certains poussent l’argumentation à l’extrême en craignant même de se retrouver avec des élus âgés de 16 ans? Pourquoi avoir peur d’une telle hypothèse? Les électeurs les plus âgés n’ont-ils pas la maturité et la connaissance de la politique de leur côté ? De plus, à croire plusieurs personnes, il s’agirait d’une idée farfelue, folle et insensée de permettre le vote à 16 ans. Pourtant, il y a plusieurs états qui ont déjà accordé ce droit. Il y a la Suisse, qui fut la première à avoir accordé ce droit à leurs citoyens de 16 ans. Puis l'Autriche, le Brésil, Cuba et plusieurs provinces d'Allemagne. Faut-il en conclure que leurs habitants sont fous et insensés, séparatistes ou en mal de pouvoir ?

Enfin, comment être contre le vote pour les jeunes de 16 et 17 ans sans être accusés d’avoir de préjugés envers les jeunes? Pourquoi ne pas leur laisser décider de la pertinence de s’accorder ce droit en se présentant ou non au bureau de scrutin s’ils s’en sentent capables?

Organisations: Parti Québécois

Lieux géographiques: Québec, Suisse, Autriche Cuba Allemagne

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Sicillia
    12 février 2012 - 21:56

    Je suis tout à fait en accord avec ton point de vue. Je dirais aussi que les jeunes sont beaucoup plus du côté gauche, qui permettra dans un avenir pas si loin du nôtre, de faire évaluer les choses. Alors comment renier les jeunes?