Malgré les progrès accomplis, la contrebande de tabac demeure florissante dans le comté de Chicoutimi

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Tournée « Contrebande de tabac : Agissons! »

C’est au dépanneur Maestro Alimentation CBCL de Chicoutimi que s’est arrêtée ce lundi la tournée panquébécoise « Contrebande de tabac : Agissons! ». Lancée par l’Association canadienne et québécoise des dépanneurs en alimentation (ACDA-AQDA), celle-ci vise à interpeller candidats et partis sur la nécessité de s’attaquer à la contrebande de tabac. À cette dix-huitième étape d’une tournée de 20 villes du Québec, ces derniers ont été invités à prendre la mesure des progrès accomplis et des défis à relever.

De gauche à droite: Claude Lessard, propriétaire, Maestro Alimentation CBCL, Chicoutimi, Stéphane Bédard, candidat du PQ, Carol Néron, candidat du PLQ, Michel Gadbois, vice-président principal de l'Association canadienne des dépanneurs en alimentation (ACDA).

« Oui, il s’est réalisé d’importants progrès au Québec en matière de lutte à la contrebande, mais le problème demeure toujours entier et les gains fragiles. C’est pourquoi nous lançons aux candidats électoraux de Chicoutimi le défi d’être encore plus ambitieux et d’oser davantage pour en finir avec la contrebande », a déclaré Michel Gadbois, vice-président principal de l’ACDA.

Parce que les cigarettes sont vendues illégalement sans taxe, à des prix défiant toute compétition légale (12 $ le carton de 200 cigarettes comparativement à 80 $ le carton légal), la contrebande demeure florissante au Québec. Il se passe rarement une semaine sans qu’une arrestation, une descente ou une condamnation de contrebandiers fasse les manchettes, peu importe la région du Québec. Selon la dernière estimation du ministère du Revenu, la contrebande engendre des pertes fiscales annuelles de 225 millions de dollars pour l’État québécois.

La ville de Saguenay se joint aux 400 villes et MRC qui disent NON à la contrebande.

Bien que la contrebande ait diminué d’intensité depuis le sommet de 2008, l’ACDA-AQDA estime qu’elle s’élève encore à près de 30 % du marché, ce qui est beaucoup trop. En revanche, le Québec s’est distingué en devenant la seule juridiction au pays où un consensus a été adopté sur les solutions à apporter.

En effet, à l’automne 2011, la commission des Finances publiques de l’Assemblée nationale a tenu des audiences sur la contrebande de tabac durant lesquelles une quinzaine de groupes ont proposé des pistes de solution. En février dernier, un rapport appuyé unanimement par des députés de tous les partis a été déposé avec une série de recommandations novatrices pour mettre fin à la contrebande, une première au Canada.

Création d’une commission mixte

L’ACDA-AQDA appuie sans réserve les recommandations soumises et souhaite que Québec les avalise, en particulier la première, soit de créer une commission mixte sur la contrebande en collaboration avec le fédéral, l’Ontario, les États-Unis ainsi que les Premières nations, l’enjeu de la contrebande débordant les frontières et juridictions du Québec. Au cours des derniers mois, plus de 400 villes et MRC du Québec ont voté une résolution en appui de ce consensus à la demande des dépanneurs. Dans la région, les villes de Saguenay, Saint-Félicien et la MRC du Domaine-du-Roy ont emboité le pas et adopté la résolution.

« Au Québec, on doit viser à ce que toutes les ventes de tabac se fassent dans un cadre contrôlé et légal, et non pas seulement une partie. Les taxes doivent être collectées et remises aux gouvernements, ce que font les dépanneurs honnêtes contrairement aux contrebandiers et criminels », de conclure Michel Gadbois.

Organisations: Ministère du Revenu, Commission des Finances publiques, Assemblée nationale

Lieux géographiques: Région du Québec, Chicoutimi, Saguenay Canada Ontario États-Unis Saint-Félicien MRC du Domaine-du-Roy

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires