La caquiste Alix Boivin met l’emphase sur l’économie

Jean-Philippe Reid
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La jeune entrepreneure Alix Boivin est prête à relever le défi politique de Chicoutimi. Candidate pour la CAQ (Coalition Avenir Québec), elle usera de ses connaissances dans le monde des affaires pour solidifier l’économie régionale.

Alix Boivin

Titulaire d’un Bac en Administration des affaires volet Marketing à l’Université du Québec à Chicoutimi, Alix Boivin a récemment parti sa propre entreprise Cue Marketing. Après avoir passé quelques années dans la région métropolitaine, elle a retrouvé ses racines saguenéennes et a effectué un retour à Chicoutimi, sa terre natale.

La candidate caquiste affirme que l’économie doit être basée sur une vision à long terme et que les entreprises qui optent pour cette stratégie sont celles qui ont le plus de succès.

« Certains développent une stratégie économique à court terme et c’est difficile d’avancer si, lors des élections tous les quatre ans, on change de nouveau le plan ».

Alix Boivin déplore la situation des PME dans la région. « Il y a des entreprises d’ici qui compétitionnent avec le reste de la planète, mais qui ne sont pas connues, et c’est inacceptable ». Elle appuie les grandes lignes du parti de François Legault en affirmant que la région se doit d’avoir une économie de propriétaire.

« Nous devons garder nos entreprises ici et pour ce faire, le contrôle doit se faire ici. Il faut appuyer les secteurs en difficultés et avoir un programme solide pour encourager les autres à s’installer chez nous ».

Des stages pour tous

La candidate dans Chicoutimi opte pour offrir à tous les étudiants de l’Université du Québec à Chicoutimi un stage en entreprise afin de contrer l’exode des jeunes dans les centres urbains. « C’est bien de parler de l’exode, mais il faut également bouger pour contrer ce phénomène ». Elle s’engage donc à sensibiliser les entreprises pour que ces dernières puissent prendre adéquatement sous leurs ailes des jeunes étudiants désirant travailler dans la région. « Il faut développer un système de mentorat pour que tous les étudiants aient droit à un stage qui débouchera sur un plus grand choix de carrière », affirme Alix Boivin.

Organisations: Université du Québec à Chicoutimi, Cue Marketing

Lieux géographiques: Chicoutimi

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • jacques marquis
    29 août 2012 - 22:41

    Alix, concernant le référendum du PQ, pourquoi ne pas dire aux saguenéens comment ça coûterait, pension de vieillesse, assurance-chômage, poste canada,canalisation du St-Laurent, garde c^te ect...peut-être ça pourrait aider la CAQ dans cette région que j'aime tant.