Un fonds d’investissement de 10 milliards $ à la Caisse de dépôt

Jean-Philippe Reid
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Promesse de Pauline Marois

Pauline Marois a profité de son séjour à Saguenay pour faire une annonce importante sur la Caisse de dépôt et placement du Québec. En effet, Le Parti Québécois veut instaurer un fonds d’investissement stratégique de 10 milliards de dollars à l’actif actuel de la Caisse.

Cet actif passerait donc de 41 à 51 milliards de dollars. « L’objectif est de protéger les entreprises contre les prises de contrôle des compagnies étrangères et développer les secteurs clés de l’économie québécoise » déclare la chef du parti, Pauline Marois.

Le porte-parole du PQ en termes de finance, Nicolas Marceau, a indiqué les deux points principaux de ce projet. « Tout d’abord, nous voulons élargir les responsabilités des administrateurs des sociétés en tenant compte de l’intérêt des actionnaires, des employés, des fournisseurs, des créanciers et de la communauté d’accueil de la société. Deuxièmement, nous voulons renforcer le pouvoir de ces administrateurs et que si ces dernier refusent une offre d’achat hostile, qu’ils soient protégés par les lois », explique l’un des candidats qui pourrait bien prendre le poste de ministre des Finances si le PQ accède au pouvoir. Il compare ce fond au programme installé en France depuis 2008. Le fonds stratégique d’investissement français à générer 20 milliards d’euro depuis son entrée dans l’état. Contrairement à la France, qui possède 49 % des actifs contre 51 % pour la Caisse, et bien, la Caisse de dépôt au Québec détiendrait 100 % de ces parts.

Questionnée sur la source de ce 10 milliards additionnel, Mme Marois a déclaré que cet argent était déjà disponible dans l’actif de la Caisse de dépôt et placement. « L’actif total net de la Caisse est de 159 milliards. En accord avec les déposants du fond, nous réserverons un fond de 10 milliards qui sera utilisé pour protéger les fleurons et développer de nouveaux secteurs ».

Enjeux régionaux

Pauline Marois a affirmé qu’il faudrait revoir les contrats d’ententes entre Hydro-Québec et RTA qui ont permis à l’entreprise d’aluminium de vendre leur ressource hydro-électrique pendant le lock-out à l’usine Alma. Elle a ajouté que le soutien à l’entreprise forestière n’était pas du tout adéquat et que le Parti Québécois avait un bon programme pour appuyer cette industrie dans les régions comme le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Questionné sur la possibilité de nommer des députés régionaux à titre de ministre, la chef du parti a affirmé ceci : « Je ne ferai pas mon conseil des ministres devant vous ce matin, mais en voyant la qualité de l’équipe qui m’accompagne, vous ne devriez pas avoir d’inquiétudes ».

Organisations: Caisse de dépôt au Québec, Parti Québécois, Hydro-Québec Conseil des ministres

Lieux géographiques: France, Alma

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires