Pas d’impacts pour les autres camps

Jean-Philippe Reid
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Terrain de jeu de Saguenay

La vile a investi 120 000 $ pour son camp de jour, également appelé terrain de jeu. Plusieurs nouveaux éléments s’ajouteront à la structure du service tel une semaine supplémentaire et l’inscription hebdomadaire. Malgré tout, les camps de jour comme ceux du Lac Pouce, du Patro et de l’UQAC ne pensent pas que ces changements auront des impacts majeurs sur l’achalandage de leurs activités.

Les terrains de jeux de Ville Saguenay offriront dorénavant 200 places additionnelles ainsi qu’une semaine supplémentaire

C’est ce que croit d’ailleurs Ville Saguenay, en donnant un accès facile et un service pour M. et Mme tout le monde. « Ce n’est pas la même clientèle qui est visée et ce n’est pas non plus le même service. On avait beaucoup de demandes pour améliorer la structure des terrains de jeu et nous voulions donner la chance à un plus grand nombre de familles de profiter de nos activités », affirme Bernard Noël, qui est très heureux des changements apportés.

Lac Pouce

Le Centre du Lac Pouce, qui offre un camp de jour en pleine nature depuis plusieurs années, n’a jamais senti une compétition avec les activités de la Ville.

« Saguenay offre un service plus abordable à des milieux et des familles qui en ont besoin. Elle l’a toujours fait. Cette année, la ville a modernisé ses activités pour répondre aux tendances des camps de jour d’aujourd’hui, ce que le Lac Pouce fait chaque saison estivale », explique le directeur du Centre Laterrois, Laval Dionne.

M. Dionne ajoute qu’il y a des différences entre la structure du terrain de jeu et les camps de jour du Lac Pouce. « Les jeunes vivent chez nous une expérience en pleine forêt. C’est très différent des activités qu’offre Ville Saguenay. Les deux suscitent des intérêts différents ».

Pavillon sportif

Du côté du Pavillon sportif de l’UQAC, les changements apportés par la ville représentent une bonne nouvelle. « Ce sont des infrastructures qui incitent les jeunes à être actifs physiquement et si elles peuvent être améliorées, la situation des jeunes d’aujourd’hui s’améliorera également », explique le directeur du pavillon sportif, Mario Ruel. De plus, il décrit l’avantage de ces nouveaux investissements.

« L’’amélioration de service comme le terrain de jeu oblige les autres organismes à se questionner sur la structure de leurs activités pour ainsi améliorer le service offert ». Il fait allusion, dans ce cas, au monopole, qui ne convient pas dans une société désirant offrir le meilleur service possible.

Patro

Le directeur du Patro de Jonquière, Yannick Gagnon a lui aussi réagi positivement face à l’annonce de ses investissements. « Depuis deux ans, nous étions obligés de fermer des groupes, car un trop grand nombre d’enfants s’inscrivaient au camp d’été ».

Le Patro offre un camp de 33 jours au cout de 180 $, ce qui revient à 5,50 $ la journée. Un tarif très semblable au nouveau montant du terrain de jeu de la Ville, soit de 25 $ par semaine, et ce, dans tous les arrondissements. « Il y a des camps comme l’UQAC ou le Lac Pouce qui offrent un service plus dispendieux, mais qui répond à la demande d’une autre tranche de la population. Avec les nouvelles places disponibles au terrain de jeu de Saguenay, le nombre de refus pour les places ici diminueront, voir même disparaître, et c’est un point positif pour les parents, qui ont besoin de ce genre de service », souligne Yannick Gagnon.

Organisations: Ville Saguenay, Pavillon sportif de l’UQAC, UQAC

Lieux géographiques: Saguenay, Lac Pouce

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires