Le succès n’est pas dans la quantité mais dans l’effort

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Selon Sonia Côté de Loge m'entraide

Loge m’entraide conteste le chiffre de 23 appels que la ville de Saguenay dit avoir reçu dans le cadre de la Campagne de Téléphone Rouge, demandant aux citoyens de Saguenay de téléphoner au Maire Jean Tremblay entre le 8 et le 12 novembre pour demander d’accorder d’ici Noël l’aide nécessaire pour fonder la Coopérative d’habitation de l’Espérance.

Sonia Côté de Loge m’entraide conteste le chiffre de 23 appels que la ville de Saguenay dit avoir reçu dans le cadre de la Campagne de Téléphone Rouge

Devant le doute persistant quand au nombre de participants avancé par les fonctionnaires du Cabinet du Maire, la coordonnatrice de Loge m’entraide, Sonia Côté a contacté quelques membres pour savoir s’ils avaient participé à la Campagne de Téléphone Rouge.

«Quand j’ai constaté que déjà 34 citoyens confirmaient avoir appelé au Cabinet du Maire, il ne m’en fallait pas plus pour arrêter mes appels pour prouver qu’il y avait eu bien plus que 23 téléphones comme l’affirmait les membres du Cabinet du Maire. Plusieurs autres membres en ont aussi profité pour nommer les raisons qui ont fait qu’ils n’ont pas participé à la Campagne de Téléphone Rouge. Ils n’ont pas appelé par timidité, appréhension, fatigue de se battre depuis un an contre un maire fermé au dialogue ou encore parce que la ligne téléphonique était toujours occupée», de raconter Sonia Côté.

De plus, Loge m’entraide demande même aux citoyens qui ont téléphoné au Cabinet du Maire puissent en informer l’organisme. «Nous sommes sûr qu’il y a eu bien plus que 34 appels et nous invitons les citoyens qui ont appelé au Cabinet du Maire à nous le faire savoir».

Action symbolique

Pour Sonia Côté, la Campagne de Téléphone fut un succès sur toute la ligne. «Dans la lutte à la pauvreté, le succès ne se mesure pas en nombre de participants mais aux efforts mis pour atteindre l’objectif ! La Campagne de Téléphone Rouge était une action symbolique pour que le Maire entende parler du projet et non pas un concours téléphonique».

Quelque soit le nombre d’appels, la naissance de la Coopérative d’habitation est justifiée. « Allez demander aux 1455 ménages de Saguenay qui consacrent plus de 80 % de leur revenu au loyer s’ils veulent la naissance de la Coopérative d’habitation de l’Espérance? Tous vont vous répondre oui avec empressement », de demander Mme Côté.

Soulignons que le 11 novembre dernier, Loge m’entraide a envoyé par courriel une invitation au Maire de Saguenay pour obtenir une rencontre. «Nous n’avons eu aucune réponse mais nous demeurons confiants que le Maire ouvrira sa porte après une année de fermeture à notre endroit», de laisser tomber Mme Côté.

Rappelons que Loge m’entraide demande depuis 1 an déjà un don de 400 000 $, la cession d’un terrain municipal et un rabais de taxes de 35 ans pour fonder 24 logements sociaux. L’organisme a recueilli une pétition de 9462 signataires et 100 000 $ en dons monétaires pour aider Ville de Saguenay à diminuer sa propre contribution au projet.

Non-paiement de loyer

Par ailleurs, Loge m’entraide craint que la récente présentation par le gouvernement Charest du projet de loi 131 visant à s’attaquer à l’abus de procédures à la Régie du logement, particulièrement dans les cas de non-paiement de loyer, ne fasse dévier le débat sur ce problème grandissant.

«Les causes de non-paiement de loyer ne sont que la pointe de l’iceberg. Ce projet de loi ne règlera pas le véritable problème, soit celui de l’incapacité de payer des ménages locataires à faible revenu!», a indiqué la coordonnatrice de Loge m’entraide, Sonia Côté.

Au Québec, le nombre de causes reliées au non-paiement en 2009-2010 se chiffre à 46 315, soit 16 % plus élevé qu’en 2000-2001 alors qu’il était de 39 942. À Saguenay, le nombre de causes de non-paiement était de 523 en 2006-2007 pour atteindre 614 en 2008-2009, une hausse de 17,4 %.

L’organisme y voit un effet direct de l’explosion du coût des logements à Saguenay depuis 2002. Selon les rapports annuels sur le marché locatif de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), le loyer moyen d’un logement de deux chambres était de 440 $ en 2002 pour atteindre 518 $ en 2009, une augmentation de 15 %. Elle rappelle du même coup qu’à Saguenay toujours, 1455 ménages locataires doivent engloutir 80 % et plus de leur revenu au loyer. Selon Loge m’entraide, il y aurait en moyenne que 3 % de mauvais payeurs. «Pour la plupart, ce n’est pas parce qu’ils ne veulent pas payer mais parce qu’ils ne peuvent pas. Le projet de loi 131 ne fera que jeter à la rue plus rapidement les locataires, créant ainsi d’autres problèmes comme l’itinérance », a mentionné Sonia Côté.

Organisations: Campagne, Ville de Saguenay, Régie du logement Société canadienne d’hypothèques et de logement SCHL

Lieux géographiques: Saguenay, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Gilbert Talbot
    26 novembre 2010 - 10:25

    À monsieur le maire Jean Tremblay Je suis un des membres et militant de l’organisme communautaire Loge m’entraide qui tient à appuyer la demande de contribution que vous lui refusez depuis déjà 1 an. Monsieur le maire, savez-vous vraiment quelle est la situation du logement dans votre ville pour les locataires les plus démunis ? Beaucoup de logements au privé, situés dans les différents arrondissements, sont délabrés, même insalubres. En plus, les inspecteurs ne sont pas assez nombreux pour répondre à toutes les plaintes. Les logements coûtent trop chers pour quelqu’un qui ne reçoit qu’un maigre revenu. D’après les statistiques de Loge m’entraide, plus de 3000 ménages locataires absorbent des coûts de loyer qui dépassent 50 % de leur revenu mensuel. Il n’y a pas assez de logements sociaux pour répondre à la demande. Aider à faire du logement social à Ville de Saguenay, c’est aider à ce que vivent des personnes appauvries dans des logements sains, qui ne coûtent pas plus de 25 % de leur revenu. Quand Loge m’entraide demande de l’aide pour construire la Coopérative d’habitation de l’Espérance, ce n’est pas pour les beaux yeux de Mme Sonia Côté, mais bien pour répondre aux besoins criants dans le domaine du logement social.

  • isabelle simard
    23 novembre 2010 - 13:32

    Bonjour, le maire on a fait des efforts pour le projet pour avoir d'autres logements sociaux. La pauvreté c'est la priorité. Aidez nous, je tiens vraiment à cette cause. Sonia elle se bat pas pour elle, pour nous tous. Avant Noël ce serait le plus beau cadeau. Fait très longtemps qu'il n'as pas eu des HMLS. Pas toute le monde on la chance d'habiter dans un coopérative. La vie coûte plus cher tout augmentent. Je vous en prit changer d'idée.

  • Sylvie Losier
    23 novembre 2010 - 10:52

    Bonjour , Moi j'ai la chance d'habiter depuis 5 ans déja la coopérative d'habitation ( La loge d'à côté ) à Chicoutimi , j'y suis heureuse ,en sécurité et surtout logé en toute dignité et ce grâce à Loge m'entraide. Ce projet me tient à coeur tout comme les membres de loge m'entraide et je souhaiterais que M. le maire Jean Tremblay s'assouplisse pour nous aider à fonder ce beau projet locatif de 24 logements . J'espère que le coeur tendre de M.le maire nous apportera son aide comme cadeau de Noël 2010.

  • gUYLAINE Lachance
    23 novembre 2010 - 09:27

    M.le maire ^Loge m'entraide n'apportera jamais d'enveloppe remplie d'argent Loge m'entraide ne sera jamais dans vos amis payant pour vos campagnes politique Loge m'entraide c'est le petit cailloux dans l'engrenage qui me fait dire qu'il existe sur cette terre des gens de conviction, de charité et d'engagement au service des plus démunis qui n'ont pas besoin de se payer des avocats pour défendre leur foi