Des objets promotionnels écoresponsables

Dominic Munger
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Les entreprises du Saguenay-Lac-Saint-Jean qui désirent effectuer un virage vert peuvent maintenant le faire jusqu’aux produits promotionnels de leur compagnie. L’organisme Équiterre vient d’ailleurs de lancer un guide en ce sens.

L’auteure du guide, Colleen Thorpe, pense que les entreprises ont tout intérêt à suivre la vague verte.

Développé à l’intention des organisations qui utilisent des articles promotionnels, le guide d’Équiterre vise à aider les gens à choisir des objets écoresponsables. «Les entreprises et organismes ont beaucoup d’articles pour faire de la promotion. Je pense à des crayons, t-shirts, cartes et beaucoup d’autres. Mais les organisations qui sont en train de faire un virage vert peuvent aussi le faire jusqu’à ces objets. C’est pour cette raison que nous avons fait ce guide», souligne Colleen Thorpe, auteure du guide et responsable du service-conseil en développement durable d'Équiterre. «Sachant que plus de 13 millions de tonnes de matières résiduelles ont été générées en 2008 au Québec, on peut remettre en question l'intérêt des objets promotionnels de piètre qualité, difficilement réutilisables ou recyclables qui contribuent à augmenter les volumes de déchets », constate-t-elle.

Selon l’auteure, les articles promotionnels sont une carte de visite pour beaucoup de consommateurs. «Les gens voient ces objets et souvent, ils ne s’en servent même pas. Alors pourquoi les fabriquer?»

«Les gens voient ces objets et souvent, ils ne s’en servent même pas. Alors pourquoi les fabriquer?» -Colleen Thorpe, auteure du guide

Solution

Pour Colleen Thorpe, les compagnies ont tout intérêt à être écoresponsables sur le plan des articles promotionnels. Elle propose quelques pistes de solution : «D’abord, les gens doivent dématérialiser l’objet. Par exemple, un garage pourrait offrir un service de crédit carbone au lieu de donner un grattoir. Également, les vêtements peuvent être confectionnés de manière écologique. L’objectif reste de remplacer des objets inutiles par des services ou autres articles qui sont certifiés écologiques», affirme l’auteure.

Même si le guide gratuit a été fait à Montréal, Colleen Thorpe assure que les entreprises d’ici y trouveront leur compte. «Tous les organismes et les compagnies sont touchés et appelés à participer. C’est une occasion également de sensibiliser la population en général face à l’écoresponsabilité. Le débat est lancé et la réflexion peut maintenant se faire.»

Lieux géographiques: Québec, Montréal

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires