Des Métis contre les aires protégées

Dominic Munger
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Un groupe de Métis de Chicoutimi s’est fait entendre récemment au conseil de la MRC du Fjord-du-Saguenay. Leur revendication : s’assurer que leurs droits de chasse et de pêche ne seront pas interdits lors de la mise en place des aires protégées.

Jean-Marie Claveau a certifié aux Métis présents que la MRC allait défendre les intérêts de tous les contribuables dans le dossier des aires protégées.

Au début du mois de janvier, la MRC a rencontré les intervenants gouvernementaux en ce qui a trait aux aires protégées au Saguenay. Ces endroits visent à assurer la protection et le maintien de la diversité biologique et des ressources naturelles des secteurs visés. Même si la MRC se dit contre la multiplication de ces aires protégées dans la région en raison notamment, de la coupe forestière qui sera interdite sur ces terres, un groupe de Métis s’est manifesté. «Il y a une soixantaine de Métis dans les secteurs qui sont visés par le gouvernement et ils vont être obligés de sortir de là. Nous ne voulons pas que ça se produise, car certains ont des chalets et sont installés là pendant la chasse», a déclaré le chef de clan de Chicoutimi, Lucien Corneau. Ce dernier a réclamé de la MRC qu’elle modifie ces aires protégées. Par contre, le préfet de la MRC, Jean-Marie Claveau, a précisé que le dossier était hors de leur contrôle. «Les aires protégées nous sont imposées par le ministère de l’Environnement au même titre que vous», a-t-il dit.

Un autre Métis, Richard Lefebvre, est lui venu demander au préfet si la MRC allait défendre leurs intérêts dans de prochaines rencontres avec le ministère. Jean-Marie Claveau a confirmé que la MRC allait représenter tous les contribuables dans ce débat. Malgré tout, les Métis sont prêts à faire des moyens de pression. «Est-ce qu’il va falloir barrer des chemins pour que nos droits de chasse et de pêche dans ces secteurs soient maintenus?», a déclaré Richard Lefebvre. Des rencontres avec le ministère doivent être faites dans les prochains mois.

Modification

Par ailleurs, le comité de diversification et de développement de la MRC du Fjord-du-Saguenay a changé ses critères d’attribution dans le cadre du Fonds de soutien aux territoires en difficulté. Ce fonds permet à des municipalités d’être financées pour faire des projets visant à développer davantage des territoires en difficulté.

Maintenant, les conditions doivent respecter les éléments suivants : fermeture d’usine, services essentiels qui disparaît ou tout autre projet qui est supprimé comme un attrait touristique. S’il respecte les critères, le projet peut être subventionné, selon la santé financière des villages, à la hauteur de 90%, 60% ou 40%. Six municipalités de la MRC peuvent être financées à 90%, quatre à 60% et deux à 40%.

Un montant de 265 000$ est aujourd’hui disponible du ministère des Affaires municipales, pour faire des projets de développement. «Les projets admis sont principalement des études. Par exemple, Petit-Saguenay, qui fait partie de la première catégorie, a déjà fait une étude sur la façon de développer le cœur du village», note le préfet Jean-Marie Claveau.

Organisations: MRC, Groupe de Métis, Ministère de l’Environnement Fonds de soutien aux territoires Ministère des Affaires municipales

Lieux géographiques: Saguenay, Chicoutimi, Développement de la MRC du Fjord-du-Saguenay

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires