Des «pièces vertes» pour réparer le véhicule

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

On peut être écolo même en faisant réparer son véhicule. Le secret? Suffit d’utiliser des pièces «vertes»! L’Association des recycleurs de pièces d’autos et de camions (ARPAC), qui existe depuis 39 ans, encourage les automobilistes à faire leur part pour l’environnement, pour qu’ils exigent lesdites pièces pour une réparation. Ce qui en bout de ligne peut représenter une économie de 500M $ pour les gens qui mettent en pratique le précepte.

Simon Matte est le président de l’ARPAC.

Le président de l’ARPAC, Simon Matte, conscientise d’ailleurs les automobilistes ou garagistes à ce sujet. «Chaque année, 400 000 véhicules sont retirés de la circulation. Soit parce qu’ils sont trop vieux, ou soit qu’ils sont gravement accidentés. Mais on récupère aussi des pièces de ces derniers, pour ensuite les offrir aux ateliers de carrosseries, de mécanique et naturellement aux consommateurs. Et ce que les gens ignorent, c’est que ces «pièces vertes» qu’on peut réutiliser ont les mêmes garanties que les pièces neuves», précise-t-il. «En demandant les pièces vertes, on réduit l’impact sur l’environnement. Pour chaque pièce verte réutilisée, une pièce neuve ne sera pas créée. Donc on économise sur les coûts et l’utilisation de matières premières».

Avantages

Autre avantage: il en coûte 50 à 75 % de moins cher de se procurer une pièce verte. On retrouve au Québec 87 dépositaires membres de l’ARPAC, dont cinq dans notre région. «Au Saguenay vous avez Pièces d’autos Châteauguay (Jonquière), le Complexe automobile St-Paul (Chicoutimi), Pièces d’autos Choc (Laterrière) et Pièces universelles (Chicoutimi-Nord) qui offre les pièces vertes. Il y a même le Garage Alain St-Pierre (St-Prime) qui offre des pièces vertes pour l’équipement et la machinerie lourde». C’est donc dire que les pièces réutilisables sont disponibles dans plusieurs usages. «Il y a aussi possibilité pour le consommateur de visiter le site de l’ARPAC , et de magasiner sa pièce lui-même», d’ajouter Simon Matte. Note encourageante pour l’environnement: les compagnies d’assurance font réparer leurs véhicules comptant plus de 40 000km ou qui datent de plus d’un an avec des pièces vertes.

«En demandant les pièces vertes, on réduit l’impact sur l’environnement.». _Simon Matte, président de l’ARPAC

Organisations: ARPAC, Garage Alain St-Pierre, St-Prime

Lieux géographiques: Québec, Saguenay, Jonquière Chicoutimi Chicoutimi-Nord

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires