Une baisse d’inscription de 5 à 8 % au Séminaire de Chicoutimi

Jean-Philippe Reid
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le Séminaire de Chicoutimi, tout comme les autres institutions scolaires de la région, a connu une baisse d’inscription se situant entre 5 et 8 % du nombre d’élèves actuels. Malgré les efforts, la direction devra probablement procéder à des coupures du personnel.

Le Séminaire de Chicoutimi vit le même phénomène que les écoles publiques avec une diminution de 5 à 8 % du nombre d’élèves.

Le directeur du Séminaire, Brant Beargen, est resté muet face aux moyens qui seront pris par la direction, sans nier, toutefois, qu’il y aura des changements.

« Tout comme les autres écoles, les inscriptions sont à la baisse et selon les statistiques, cette tendance devrait se maintenir jusqu’en 2014. Nous devrons procéder à un réaménagement des structures ».

Le calcul est simple. Une baisse de 5 à 8 % de 650 élèves représente 30 à 50 étudiants. Une autre manière d’analyser la situation est de prendre 5 à 8 % des 38 professeurs présents au Séminaire. Le résultat, dans les deux cas, est que deux ou trois enseignants permanents perdront possiblement leur poste en septembre prochain.

Du côté des enseignants, personne n’a encore été mis au courant des changements qui pourraient être apportés. Il reste encore plusieurs mois pour compléter les inscriptions.

Nouvelles concentrations

Depuis deux ans, le Séminaire de Chicoutimi offre aux jeunes la possibilité de pratiquer leur sport sans nuire aux heures de cours. Quatre nouvelles concentrations s’ajouteront aux sept disciplines déjà présentes. Le sport équestre, le soccer (sec. 1 et 2), le badminton (sec. 1 et 2) et l’art de la scène feront désormais partie de la liste des concentrations.

Même si l’institution donne l’occasion aux élèves de pratiquer leur sport avec un encadrement scolaire, ça ne ressemble pas au programme sport-études offert dans différentes polyvalentes de la région. « Dans les programmes sport-études, l’élève doit apprendre 100 % de la matière en 70 % du temps.Dans les concentrations sportives, les jeunes apprennent 100 % de la matière dans 100 % du temps. Ils ne perdent aucune seconde de cours », explique le coordonnateur du programme de concentration, Éric Vézina.

De plus, M. Vézina souligne que l’encadrement du jeune est primordial et que les résultats académiques restent la priorité. « Les jeunes sont choisis par rapport à leur bulletin scolaire. Ça pousse les élèves à se surpasser. Un hockeyeur qui avait beaucoup de difficulté en mathématique au début de l’année a, aujourd’hui, des résultats surpassant la moyenne générale. Si la concentration n’existait pas, cet élève n’aurait pas été suivi et il n’aurait jamais pu avoir cette amélioration », explique avec fierté Éric Vézina.

Organisations: Séminaire de Chicoutimi

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires