Des possibilités d’affaires intéressantes pour l’industrie forestière

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Denis Lebel croit que l’Europe regorge de nouveaux marchés

Le Canada exporte 50 % de son bois d’œuvre, et 96 % est destiné au marché américain. Pour se soustraire de cette dépendance, le ministre d’État à l’Agence de développement économique pour les régions du Québec, Denis Lebel, s’est rendu en Europe pour dénicher de nouveaux marchés.

Denis Lebel (Photo: Archives)

Le député du comté Roberval—Lac-Saint-Jean est enchanté des possibilités qui se présentent pour les produits du bois canadien. Toutefois, il est conscient que le processus peut encore s’avérer long avant que l’exportation plus importante s’amorce.

 

Par exemple, dans le marché de la transformation du bois, les entreprises doivent obtenir leur certification européenne avant de pouvoir exporter à grande échelle. L’entreprise La Charpenterie de Chicoutimi vient de recevoir son accréditation. Cela lui aura pris trois années de travail avant de rencontrer tous les critères.

 

Est-ce que Denis Lebel a l’impression de faire le travail à la place des entreprises? « Je ne crois pas. Développement économique Canada a comme mandat d’ouvrir des marchés. Il faut amorcer des démarches politiques avant de développer des partenariats d’affaires », soutient le ministre.

 

Le député est convaincu que les entreprises du comté Roberval—Lac-Saint-Jean ont le potentiel pour exporter vers l’Europe. Maintenant, cela dépend de la volonté et l’intérêt des entrepreneurs. M. Lebel assure qu’il sera présent de même que Développement économique Canada pour répondre aux éventuelles demandes qui leurs seront adressées.

Visites en France et en Italie

Le voyage du ministre et des représentants de Développement économique Canada s’est amorcé en France. Les produits à valeur ajoutée intéressent plus les représentants de ce pays : « J’ai effectué plusieurs rencontres auprès des entrepreneurs et des politiciens français. Nous avons pu leur expliquer les mesures que nous avons prises pour bâtir la forêt de demain, par exemple en investissant dans la sylviculture. Nous ouvrons de nouveaux horizons », explique Denis Lebel.

 

Ensuite, la délégation s’est rendue en Italie qui s’est montrée plus intéressée par les produits de première transformation : « Il y a des projets reliés aux énergies vertes. De plus, on se rappelle qu’il y a eu un gros tremblement de terre dans la région d’Aquila. On a rebâti des maisons en bois conçues pour résister au tremblement de terre. Cela devient intéressant pour notre épinette noire qui a de bonnes capacités structurelles. Bien sûr, ce n’est pas moi qui vais négocier, mais je peux rapporter les informations », souligne Denis Lebel.

Par Daniel Migneault

Organisations: Développement économique Canada, La Charpenterie de Chicoutimi

Lieux géographiques: Europe, France, ItalieLe Italie Région d’Aquila

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires