Un encadrement strict pour les sauveteurs à Saguenay

Johanne
Johanne DeLaSablonnière
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Piscines et bains publics

Pour devenir surveillant- sauveteur à Saguenay, il n’y a pas de compromis possible et le profil de l’aspirant doit impérativement correspondre à des normes très strictes. La formation, l’âge requis et les règles entourant l’utilisation du cellulaire pendant le travail sont claires: le cellulaire est systématiquement interdit!

« Nos employés étudiants le savent. Lorsqu’ils travaillent, ils n’ont pas le droit d’avoir avec eux un téléphone cellulaire. C’est donc la même chose pour les moniteurs. Ils ont le droit de l’utiliser à leur pause, mais c’est interdit pendant qu’ils sont au bord de la piscine », précise Sonia Simard, du service des relations publiques à Saguenay.

Le sauveteur doit détenir une médaille de bronze et la croix de bronze et doit être âgé de 17 ans. « À 16 ans, il peut travailler, mais seulement à titre d’assistant », souligne Mme Simard, ajoutant qu’il y a onze piscines municipales sur le territoire de Saguenay et une cinquantaine de sauveteurs.

Des ratios bien établis

Les ratios à respecter sont clairement établis et ils ont été révisés depuis cinq ans. Les exigences pour les bains d’enfants de moins de cinq ans requièrent la présence d’un moniteur dans la piscine, pour chaque groupe de trois enfants. Pour les cinq ans et plus, on exige un moniteur dans la piscine, pour quinze enfants. Cela s’ajoute à la présence du sauveteur et à celle de l’assistant sauveteur, en fonction de la grandeur de la piscine. Les groupes de jeunes baigneurs des camps de jour qui ont six ans et moins, sont contraints de porter une ceinture de flottaison ou des flotteurs. « Et lorsqu’il s’agit de groupes volumineux comptant 150 enfants et plus, les normes changent. Ils sont subdivisés en trois groupes qui nécessitent quatre moniteurs par 50 enfants de 5 ans et plus.»

D’année en année, le fonctionnement des règles établies est réévalué en collaboration avec les différents services municipaux qui en examinent l’efficacité.

Mme Simard indique qu’il n’y a pas eu de noyades depuis 10 ans, ni d’interventions majeures auprès d’enfants qui auraient failli se noyer dans une des piscines municipales.

Lieux géographiques: Territoire de Saguenay

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires