Sonia Côté: l’entraide contre vents et marées

Johanne
Johanne DeLaSablonnière
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Fille de coeur et d’engagement, la menue coordonnatrice de Loge m’entraide, Sonia Côté, ne passe pratiquement pas une journée sans être reconnue et partout où elle passe, le visage de celle qui défend contre vents et marées, la cause des personnes appauvries et le principe du logement social, semble familier.

Sonia Côté, coordonnatrice de Loge m’entraide apprécie le bricolage et les travaux manuels.

Dotée d’une personnalité discrète, Sonia Côté se voit, en effet, contrainte à s’exposer pour promouvoir les principes qui lui sont chers et, tant pis si cela heurte sa modestie. «Je suis quelqu’un de foncièrement timide. Mais quand vient le temps de défendre une cause, de manifester ou de parler dans un porte-voix, je trouve l’énergie qu’il faut pour être efficace », admet la jeune femme qui intercède souvent auprès des médias.

Intervenante sociale, elle a d’abord travaillé aux côtés de femmes victimes de violence, auprès d’adolescents et même avec des hommes en voie de réinsertion. Pas encore dans la quarantaine, elle célèbrera l’an prochain, les quinze ans de Loge m’entraide, l’organisme qui permet aux personnes dans le besoin de se dénicher un logement à prix modique. Cette cause exigeante ne lui laisse pas beaucoup de répit, car les principes défendus s’immiscent parfois dans sa vie privée. « On ne peut pas décrocher complètement quand une famille est à la rue ou à quelques jours de l’être. Mais j’arrive à retrouver un certain équilibre. Il le faut, sinon je perdrais pied », mentionne celle-ci.

Des moments privilégiés

Sur le terrain de sa petite maison de Chicoutimi-Nord, elle effectue un peu de jardinage, nourrit ses oiseaux et affectionne la lecture. Elle aime le vélo et, plutôt habile, elle ne craint pas les outils et les travaux d’ébénisterie. « C’est mon père qui m’a appris. Quand il vient effectuer des travaux, je participe volontiers », raconte Mme Côté. La guitare, le chant, l’harmonica, Sonia Côté aime aussi participer à des rassemblements avec sa famille. « C’est important. Il faut savoir créer ces moments-là. On s’amuse beaucoup ensemble », rapporte-t-elle.

Dans ses souvenirs d’enfant, elle se rendait à l’église, sans doute bien plus souvent que la moyenne des gens de sa génération. Elle a animé, chanté et dirigé une chorale de jeunes pendant de nombreuses années. La coordonnatrice de Loge m’entraide a, bien entendu, conservé les valeurs spirituelles avec lesquelles elle a grandi et si elles guident encore aujourd’hui ses actions, elle se garde bien de trop élaborer sur le sujet. « L’entraide, la solidarité, le partage, sont les valeurs qui m’habitent. Mais, jamais, je n’oserais conseiller à quelqu’un, par exemple, d’aller à l’église. C’est très personnel. Et je considère que j’ai un devoir de réserve à cet égard», affirme Mme Côté.

Grandes victoires

Parmi les grandes victoires remportées, les projets Saint-Alfred (ancienne école de Kénogami) et celui de La Loge d’à côté (école Saint-Philippe de Chicoutimi) font partie de ceux dont elle est particulièrement fière. « La fierté, c’est aussi d’avoir réussi à modifier le règlement provincial qui interdisait de modifier une école en logements sociaux. Ce fut une bataille discrète, mais en trois mois, nous avions recueilli 10 800 signatures », relate celle-ci.

Le prochain projet, celui de la construction de la Coopérative d’habitation l’Espérance, a enfin reçu l’aval de la SHQ après l’expertise du sol. «Il n’y a donc plus d’obstacle. En septembre, nous devrions être en mesure de présenter les plans de cette coop de La Baie, qui va loger 16 familles », se réjouit Sonia Côté. Enfin, cette dernière mentionne que si on ne gagne pas toutes les batailles, ce n’est pas ce qui importe. « Il faut s’impliquer et mobiliser les autres. Croire en eux et en leur valeur », insiste celle-ci. Elle est stratège, elle plaide, défend la cause des personnes appauvrie. À sa manière, elle avoue faire de la politique. « Ce n’est même pas un choix », selon elle. À ce propos, elle signale que le Conseil municipal de Saguenay offre une bonne collaboration. « Ce n’est pas le cas dans toutes les villes, mais ici à Saguenay, on démontre une grande ouverture. C’est une chance », conclut la coordonnatrice du mouvement Loge m’entraide, qui réclame du gouvernement du Québec, 50000 logements sociaux d’ici cinq ans.

Organisations: école de Kénogami, école Saint-Philippe de Chicoutimi, Conseil municipal de Saguenay

Lieux géographiques: La Loge, Chicoutimi-Nord, La Baie Saguenay Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Lucie Tremblay
    Lucie Tremblay
    12 août 2012 - 11:20

    Bonjour, wow quelle belle description de cette femme remarquable.J'ai appris beaucoup sur ses causes qu'elle a fait dans le passé jusqu'à aujourd'hui.Je la trouve très à l'écoute des autres et de leur besoins essentiels. Je connais cette femme au grand coeur(elle aime ce qu'elle fait) et cela se voit dans ses gestes. Bravo ,je lève mon chapeau à Sonia Coté.Merci d'être ce que vous êtes. Une lectrice assidu. Lucie.

  • raymonde Nadeau
    09 août 2012 - 20:20

    continue Sonia Côté et je lie toujours votre journal, je trouves que vs faites du bon travail, Félicitation pour votre débrouillardise. Pas mentionné mon nom