Les Métis demandent au PQ la reconnaissance politique

Dominique Savard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Trois chefs métis, membres du conseil de la Communauté Métisse du Domaine du Roy et Seigneurie de Mingan (CMDRSM) ont rencontré récemment les députés Denis Trottier, Sylvain GaudreauLet Alexandre Cloutier du Parti québécois. À cette occasion, les participants ont fait le tour de plusieurs dossiers à teneur politique, historique et juridique.

René Tremblay est le porte-parole de la Communauté Métisse du Domaine du Roy et Seigneurie de Mingan.

Le chef de la CMDRSM, Jean-René Tremblay, a réitéré les demandes déjà faites aux élus du PQ, à l’effet de reconnaître l’existence de la CMDRSM et de demander au gouvernement du Québec de privilégier la voie politique plutôt que la voie juridique pour la reconnaissance des Métis; mettre fin aux poursuites judiciaires visant les Métis de la CMDRSM devant les tribunaux, dans l’éventualité d’un gouvernement du Parti québécois.

Les parties se sont entendues pour se revoir après que les élus du Parti québécois aient consulté leur parti. « Trop d’argent public et d’argent provenant des membres de la Communauté Métisse ont été dépensés à ce jour. Il faut que cesse le harcèlement judiciaire avant que commencent les audiences du procès Corneau, prévues pour la fin de l’année 2012. Après cette date, la CMDRSM ne recherchera plus de reconnaissance politique de ses droits ancestraux », souligne le porte-parole de la CMDRSM qui regroupe 7000 Métis, René Tremblay.

Les représentants de la CMDRSM ont profité de l’occasion pour préciser et pour dénoncer une fois de plus l’attitude du gouvernement du Québec qui s’acharne à poursuivre 17 Métis à la Cour Supérieure du Québec, à qui il reproche de maintenir des camps en forêt servant à l’exercice de leurs activités traditionnelles de chasse, pêche et cueillette.

Les chefs ont rappelé que ce gouvernement a choisi la voie des tribunaux pour nier l’existence et les droits des Métis qui sont pourtant bien enchâssés dans la Constitution du pays et qui ont été confirmés par la Cour Suprême du Canada dans l’Arrêt Powley. « Cette négation de la part de Québec a pour effet de priver nos régions des services et des accommodements prévus pour les Métis », précise le porte-parole.

On se rappellera que le gouvernement du Québec avait reconnu les communautés indiennes et inuites au début des années 1980, et ce, par une résolution de l’Assemblée nationale. Les chefs métis ont fait valoir que la même procédure devrait être adoptée pour la reconnaissance de leur communauté.

Organisations: Métis de la CMDRSM, Parti québécois, Communauté Métisse Corneau Cour Supérieure du Québec Cour Suprême du Canada Assemblée nationale

Lieux géographiques: Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires