Le gouvernement du Québec a abandonné les travailleurs de la région

Johanne
Johanne DeLaSablonnière
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Selon Sylvain Gaudreault

Un gouvernement souverainiste aurait-il mieux fait dans le dénouement du dossier Novelis? En tout cas, le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault estime que les intérêts du Québec auraient été mieux défendus que par le gouvernement actuel qui s'est abstenu d'intervenir auprès du gouvernement fédéral, pour défendre le dossier du commerce international avec les États-Unis.

Sylvain Gaudreault a dénoncé l’inaction du gouvernement du Québec dans le dossier de l’usine Novelis qui ferme le jour même du déclenchement des élections.

«Le gouvernement du Québec a rapidement baissé les bras. On n’a pas entendu de ministres dénoncer le protectionnisme américain», a souligné le député péquiste, en conférence de presse, ce mercredi. En plus de s’insurger contre l’annonce du déclenchement d’élections au Québec, le jour même de la fermeture de l’usine Novelis qui sera déménagée à Oswego aux États-Unis, Sylvain Gaudreault déplore le message du gouvernement libéral. «Le gouvernement du Québec envoie un signal extrêmement négatif en ne défendant pas le dossier de la transformation de l’aluminium. Dans ce contexte de campagne électorale, j’ajouterais qu’on est écœuré de réagir après coup», a lancé M. Gaudreault.

Dresser la liste des joyaux de la région

Le député Gaudreault propose donc de dresser la liste des entreprises de transformation ou des richesses naturelles qui sont en quelque sorte, des joyaux dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean. «C’est un engagement électoral. Il faut travailler d’arrache-pied pour protéger ces joyaux», a affirmé le député du Parti Québécois.

Dans le dossier Novelis, M. Gaudreault s’est dit attristé pour les 160 travailleurs qui n’ont pas été embauchés par RTA, qui avait pourtant avancé cette alternative au lendemain de l’annonce de la fermeture. «C’est inadmissible. Seulement 14 sur 160. C’est vraiment décevant», a déclaré celui-ci, ajoutant que l’échec de Novelis devait servir de leçon pour l’avenir. Toutefois, Sylvain Gaudreault a dit conserver un certain optimisme puisque les installations seront préservées et continue d’espérer qu’éventuellement, un acquéreur potentiel se manifeste.

Campagne électorale amorcée

Enfin, le député péquiste n’a pas raté son entrée dans la campagne électorale à peine amorcée puisque ses affiches ont été installées dans la soirée du mardi, devançant de quelques heures, l’annonce officielle du déclenchement des élections provinciales. À ce chapitre, le député péquiste a rétorqué qu’il entendait faire une campagne d’idées et non de pancartes. Selon lui, le parti québécois propose une équipe comparable à celle de René Lévesque en 1976 et de toute évidence, l’option souverainiste transcende le PQ même s’il n’est pas question de projet référendaire pour le moment. «C’est le spectre que nous sort à chaque campagne le parti libéral, mais nous ne sommes absolument pas engagés dans un échéancier», s’est contenté de répondre M. Gaudreault.

L’exemple de Novalis démontre que la souveraineté est une option qui va au-delà de la théorie, selon M. Gaudreault, qui évalue qu’un Québec souverain serait allé défendre ses intérêts devant les États-Unis. «Même petit, nous sommes capables de négocier au même titre que la Suède ou la Norvège», a exposé celui-ci.

Organisations: Novelis, Parti Québécois

Lieux géographiques: Québec, États-Unis, Oswego Région du Saguenay Suède Norvège

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires