Sylvain Gaudreault en quête d’un tour du chapeau!

Jean-Philippe Reid
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Député sortant dans la circonscription de Jonquière, Sylvain Gaudreault tentera le 4 septembre prochain de remporter une troisième élection consécutive. Pour se faire, il se fit sur le même outil qui lui donna la victoire en 2007 et 2008, son équipe.

Sylvain Gaudreault tentera le 4 septembre de remporter une troisième élection consécutive. Il met l'emphase sur l'activité physique pour sa campage électorale.

« On ne peut pas travailler seul. Ça prend des gens dévoués pour la cause et pour le parti, qui ont confiance en tes moyens et qui savent que les efforts portent ses fruits », affirme celui qui œuvre au sein du Parti Québécois depuis maintenant 25 ans. Il a débuté à l’âge de 16 ans en s’impliquant au comité national des jeunes, groupe pour lequel il est devenu vice-président au niveau national. Il fut aussi enseignant en actualité au programme Art et technologie des Médias du Cégep de Jonquière avant de se présenter pour la première fois en 2007 comme candidat du PQ.

« La souveraineté et la justice sociale sont mes deux convictions principales. La politique est un outil pour réaliser concrètement ses convictions », explique Sylvain Gaudreault. Selon ce dernier, ce n’est pas tout de représenter une circonscription, il faut s’incarner dans la société pour que ça donne des résultats concrets.

Prévenir c’est guérir

La fermeture de l’Usine Novelis n’a aucun sens pour le député sortant de Jonquière « Ce n’est pas normal qu’une usine comme Novelis ferme du jour au lendemain. Il faut agir en amont, prévenir ce genre de drame ». Pour ce faire, Sylvain Gaudreault offre de créer une liste d’entreprises constituant les noyaux des différents secteurs et ainsi soutenir ces dernières pour qu’il n’y ait plus d’incidents comme la fermeture de Novelis.

Dans le dossier du CAMPS, il opte pour un discours très comparable. « L’objectif du CAMPS est de prévenir les problèmes de santé. Si l’on assure une bonne qualité de vie à la société, les hôpitaux seront beaucoup moins engorgés. L’un ne va pas sans l’autre, explique-t-il. La population est vieillissante et la santé physique prend de plus en plus de place. Le projet du CAMPS est fondamental », de conclure Sylvain Gaudreault.

Organisations: Parti Québécois, Novelis

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires